Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...

Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...
Sur les chemins de St-Jacques de Compostelle, le cloître et son abbatiale à Moissac

vendredi 25 avril 2008

Revue de presse européenne de France Culture suite à la grande messe présidentielle du 24/04

D'un COUT de 280 000€

Revue de presse européenne de France Culture
(à noter que cette revue de presse mêle paraphrases et citations littérales)

D'après Der Spiegel (Allemagne) « Dans l'ensemble, il n'est plus du tout crédible »

D'après BBC (Grande Bretagne) « C'était moins un discours à la Nation qu'une embarrassante explication d'un mauvais élève devant toute son école, et un mauvais élève qui n'a pas su convaincre, finalement. »

D'après The Times (Grande Bretagne) « Un an après, Sarkozy est le pire président que la France ait jamais porté »

D'après The Times (Grande Bretagne) « Le problème de M. Sarkozy c'est qu'il est toujours partout, il papillonne mais finalement ne fait rien. C'est comme son grand show hier à la télévision : il parle, il parle, il parle de tout, mais il ne dit rien, si ce n'est admettre l'évidence : sa baisse de popularité. »

D'après BBC (Grande Bretagne) « Il n'a pas arrêté de répéter qu'il assumait ses erreurs, mais les français veulent des preuves qu'il est en train de remettre de l'ordre dans tout ça, dans ses affaires privées certes, mais aussi dans ses affaires publiques. Et il est trop facile d'incriminer le contexte international pour le manque de résultats. »

D'après Diario de noticias (Portugal) « "C'est pas moi, c'est la conjoncture" »« En général les grands discours de la présidence française à la télévision ont lieu dans des circonstances exceptionnelles. Mais ce temps issu de Charles de Gaulle est révolu. Le Sarkoshow lui a succédé. Voila donc le président français qui utilise cette grande messe télévisuelle, non pour annoncer de grandes choses, de grands projets, des choses graves, mais pour faire tout simplement remonter sa côté de popularité, lors d'une cérémonie digne de la cérémonie des Césars. Reste à savoir si la ruse sera suffisante, alors que les couacs du Président (...) se sont multipliés dernièrement, et alors que l'on va célébrer les 40 ans de mai 68 et que les lycéens sont à nouveau dans la rue (...). »

Autres réactions à l'étranger :


« Le contexte n'est pas seul responsable de la désillusion. Si ceux-là même qui l'ont élu doutent désormais de lui, (...) c'est que Nicolas Sarkozy se révèle aujourd’hui si rempli de paradoxes que les français sont en droit de se demander où il les emmène. Et de s'inquiéter. Mitterrand avait ses travers. Mais il avait une vision de la société. Chirac n’a pas laissé un grand héritage. Mais il avait ses valeurs.Nicolas Sarkozy se félicite d’avoir, en une seule année, réformé la France comme on ne l’avait plus fait depuis Charles de Gaulle. Oui, mais comment ? Quel est son modèle ? L’an dernier, il citait Blum et Jaurès. Aujourd’hui, c’est le modèle américain, celui d’une société de « tous les possibles », qu’il met en avant. (...) Quel est le cap fixé pour remettre cette France debout ? Le fil conducteur de réformes dispersées aux inspirations parfois contradictoires ? Quelle est cette « politique de civilisation » qu’il annonçait à Noël ?Il est frappant de voir que ce sont les plus grands chantiers qui semblent abandonnés : que devient le rapport Attali, censé doper la croissance ? Et le Grenelle de l’environnement, qui devait guider toutes les politiques publiques ? Nicolas Sarkozy paraît désormais naviguer à vue. »
(Le Soir, Belgique)

« En se contentant de défendre son bilan sans oser de propositions, ses aveux d’erreurs paraissent bien légers pour reconquérir la confiance des Français »
(Le Soir, Belgique)

« Comme lors de sa précédente intervention télévisée, le 29 novembre dernier, il a évoqué une multitude de projets de réformes, au risque de donner une impression de confusion. »
(Le Temps, Belgique)

En France :

« On est plus inquiets après l'émission qu'avant. On a le sentiment de ne pas avoir eu un président de la République hier, mais un candidat perpétuel. Le Premier ministre avait dit qu'il attendait de cette émission une feuille de route. Je crois que le Premier ministre a eu surtout une feuille de déroute, qui cumule les aberrations. (...) Il est en train de payer la masse des mensonges qu'il a proférés pendant la campagne présidentielle. »

(Ségolène Royal)

« La modestie affichée risque fort d'apparaître pour de l'habileté. Et la ténacité pour de l'entêtement. Si c'est le cas, les mois à venir seront plus difficiles encore pour Nicolas Sarkozy. Et délétères pour le pays. »
(Le Monde)

« Notons qu’il nous a demandé si on préférait “laisser faire” ces “Talibans qui coupent la main des femmes lorsqu’elles mettent du vernis à ongle”. (...) Le Sarkozy d’hier, en plus d’être moins à l’aise que les fois précédentes, a tellement rabâché ses gros arguments, ses grosses formules, que même le populo est fondé à pousser un soupir de lassitude. »
(MC)

Dans un registre plus ouvertement divertissant :

« Nicolas Sarkozy s'est montré convaincant, pédagogue »

(Bernard Accoyer (UMP), président de l'Assemblée nationale)

« Ce fut un moment de vérité comme jamais dans une émission politique »
(Xavier Bertrand, ministre (UMP) du Travail)

« un grand moment pour tous les Français »
(Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement)


Excuse me : sans oublier la source http://antennerelais.canalblog.com/archives/2008/04/25/8950681.html


3 commentaires:

ELN a dit…

Je décerne la palme de la mauvaise foi - doublé d'un petit coup de "léchage de bottes" - à Xavier Bertrand ! "Un grand moment de vérité comme jamais dans une émission politique"... C'est pas possible, on n'a pas vu la même émission !!!

"Ségolavie82" DESIRS D'AVENIR TARN ET GARONNE (82) a dit…

Bien d'accord avec toi Sophie !
Lui et les autres umpistes : tous idem "couchés aux pieds" de leur chef.
Bises de Françoise

antennerelais a dit…

Sans oublier la source :
http://antennerelais.canalblog.com/archives/2008/04/25/8950681.html