Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...

Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...
Sur les chemins de St-Jacques de Compostelle, le cloître et son abbatiale à Moissac

dimanche 4 mai 2008

SOUVENIRS...SOUVENIRS DE MON MAI 68..!!!

Image ci-dessus transmise par Valé : merci pour cette image vraiment très significative des différences d'époques...!


























La photo : ma 1ère voiture une "AMI 6",

j'adorais son look et son confort...!
je l'ai gardé au moins 8 ans...que de kms parcourus...! sans ceinture...sans radar sur les routes...sans contrôle technique obligatoire...sans rétro extérieur... mais beaucoup moins de circulation et pas encore des autoroutes dans ma région enclavée....sans aucun accident...sans PV...le bonheur quoi...!

Avec l'argent gagné aux vendanges (cueillette du raisin dans l'Hérault, département limitrophe de l'Aveyron) chaque année depuis l'âge de 16 ans : je prenais des cours d'auto-école souvent les jeudi et samedi après-midi car j'avais cours ces 2 jours là, le matin..eh oui !

J'étais au lycée technique (maintenant professionnel dirions nous) pour devenir sténo-dactylo ou employée de bureau mais il y avait aussi la classe des aide-comptables. C'était dans une école privée dirigée par des religieuses qui enseignaient encore à cette époque là.

Les 8, 9 et 10 Mai 1968, nous étions parti en bus pour un voyage scolaire sur la côte Vermeille en passant par Rivesaltes et jusqu'à Port Vendres. Il était prévu pour fin Juin mais avait été reporté afin de nous occuper pendant le début des grèves...il y avait encore de l'essence. Nous avions dormi dans un centre d'accueil de jeunes aux "Galinettes" à Argelès sur Mer. J'ai gardé une photo en noir et blanc avec mes 3 copines sur une balancelle. La seule en pantalon, c'était moi...pourtant élément de la garde-robe encore interdit par les soeurs ou alors il fallait porter une robe ou jupe par dessus. Pour le voyage ce fût sans doute une exception ou alors c'était le début de la révolte qui sonnait déjà...!

Les premières classes mixtes se formaient. Quelques rares garçons, surtout des aide-comptables, un peu perdus au début, au milieu d'une majorité de filles qui se moquaient d'eux pour la plupart ou bien qui tombaient amoureuses d'un seul ! le pauvre !
Dommage pour moi, je n'ai jamais connu la mixité en classe, les sténo-dactylos n'avaient pas cette chance.

Presque tous les jeunes de mon âge à 18 ans "rêvaient d'un autre monde...où la terre serait plus ronde"... vous connaissez sans doute cette chanson ?

Les religieuses voyaient cette grève d'un très mauvais oeil...je faisais le mur avec des copines pour aller manifester dans les rues désertées par les voitures, les cars et les camions (manque d'essence et de fuel) de ma petite ville Aveyronnaise, Saint-Affrique. Nous faisions une immense chaîne sur les avenues à la queue leu leu en se tenant par la main...et en chantant à tue-tête...personne ne nous disait rien...nous voulions refaire le monde...nous voulions nous exprimer...!

Mais quand nous sommes retournées en cours, toutes les manifestantes absentes ont été collées.
Certains cours étaient toujours très perturbés par les plus agitées et c'est là que les punitions tombaient allègrement.

Notre prof. de comptabilité, une jeune femme qui avait à peine 5 ou 6 ans de plus que nous, pour essayer de nous canaliser et nous calmer, avait trouvé la solution : nous parler d'éducation sexuelle, de pilules...de garçons... car nous avions terminé le programme de l'année. Et force était de constater que ça fonctionnait...!!!!
J'en garde un souvenir inoubliable...!

Dans ma famille : c'était aussi l'agitation et l'inquiétude.

Ma mère avait effectué dans l'urgence, d'énormes provisions (farine, sucre, huile......) croyant la 3ème guerre mondiale arrivée. Elle qui avait vécu les privations de 39/45...et la misère dans le milieu paysan pendant cette 2nde guerre mondiale.
Avec elle, je regardais tous les soirs, les informations à la TV qui ne parlaient que des manifestations à Paris et de la guerre au Vietnam. Elle était terrorisée et inquiète et moi j'étais toute excitée... !

Mon père (42 ans à ce moment là) syndicaliste CFDT et militant PS, était monté à Paris pour participer activement et défendre les droits des salariés en difficulté de l'entreprise dans laquelle il travaillait en tant que délégué syndical pur et dur...
A Paris il a eu des rencontres syndicalistes et politiques...meetings, congrès ...il a rencontré Rocard, Krasucki, ce dernier qu'il a apprécié à sa juste valeur...!
Il était vraiment très actif, il s'est battu et a réussi à obtenir une partie des revendications : augmentation des salaires et bien d'autres choses encore......

Ce printemps de mes 18 ans restera toujours pour moi synonyme d'insouciance...d'avenir heureux...d'espoir...de gaieté...de joie de vivre...tout ce que les jeunes de maintenant ne possède pas ! et N$ ne réussira jamais à "liquider cet héritage", jamais !
Pour ma génération ANNEE 68 = ANNEE O, à partir de cette année là, plus rien n'a jamais été comme avant. Toute notre société s'est transformée, elle s'est ouverte comme une naissance...une éclosion...de notre jeunesse.

Alors qu'aujourd'hui, 40 ans après, il existerait 100 000 autres raisons bien plus graves pour faire une REVOLUTION ou une REVOLTE mais tout le monde a PEUR, les mentalités ont changé, les jeunes sont devenus pragmatiques et les adultes très individualistes. C'est pourquoi, il n'y aura pas un autre MAI 68...non çà c'est sûr !

Françoise la soixante-huitarde.




3 commentaires:

blaise boudet a dit…

Bonsoir Françoise
je viens de lire ton blog de manière intégrale et j'ai adoré la simplicité et la franchise de ton ton général. J'ai aussi apprécié grandement ta clairvoyance.
Bien avec toi pour 2012 et la suite, en espérant avant. Les gens n'ont pas si peur que tu le dis, ils sont plus posés, et le calme avant la tempête n'a rien avoir avec l'océan de temps qui s'est passé entre la Révolution Française et Mai 68.
Ce qui est sûr, c'est que Ségolène Royal a commencé cette révolution de velours, et nous avec.
Va t-il falloir devenir plus radical? C'est ce que semble penser ton père. L'opinion d'aujourd'hui a bien plus de pouvoir qu'en 68, mais l'inconvénient c'est que l'ndividu est nettement plus égoïste qu'avant, car il est devenu consommateur avant d'être Humain. C'est par ce biais que les puissants nous tiennent par les bijoux de famille.

Amicalement
Blaise Boudet

mon blog perso/
http://cegoagogo.skyrock.com/
Mes photos
http://picasaweb.google.fr/blaise.boudet

asse42 a dit…

Bravo pour ton billet plein de fraicheur et d'enthousiasme!:-)
Moi je suis né en 68! Juste avant la révolution et je crois que je l'ai gardé au fond de moi.

Amitié socialo-ségolèniste

"Ségolavie82" DESIRS D'AVENIR TARN ET GARONNE (82) a dit…

Bonsoir Blaise Boudet,

Merci beaucoup pour ton post très élogieux sur mon blog !

Le tien n'est pas mal non plus, il est génial et je suis admirative de l'importance de tes réflexions personnelles et d'une pertinence wouaah...! qui ne sont pas des copier/coller comme moi. Je dois reconnaître que c'est bien pratique et je m'en sers de support !

Ceci dit quand je parle de la peur des gens j'entends par là que par rapport à 1968, la plupart des ouvriers et des classes moyennes se sont endettés même surendettés ce qui n'existait pas à cette époque là. Maintenant ils ne peuvent plus faire grève très longtemps avec plusieurs traites à payer tous les mois car ils doivent d'abord se nourrir et comme tu le dis ils sont avant tout devenus des "consommateurs".
Ils ont peur aussi de devenir SDF, de devenir CHOMEUR, de tomber MALADE...etc...etc...
Et surtout ils sont devenus INDIVIDUALISTES
Même entre voisins de quartier, les gens ne se parlent plus, tout le monde est en voiture, ils ne se croisent plus à pied dans la rue, ce n'est que métro-boulot-dodo.

Enfin j'espère que Ségolène va pouvoir s'imposer au PS et nous nous sommes là, les militants pour l'y aider et qu'elle réussira à rassembler toute la Gauche pour que l'on puisse gagner en 2012 et même avant si possible.

Amitiés socialo-ségoléniste de Françoise