Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...

Le cloître de Moissac magique by night. Pays du chasselas, raisin de table aux grains dorés...
Sur les chemins de St-Jacques de Compostelle, le cloître et son abbatiale à Moissac

samedi 21 janvier 2012

Ma rebellion...

contre l'ordre établi... sur l'hôpital et maison de retraite Castelsarrasin-Moissac...

(Maison de retraite de Castelsarrasin)

Voilà les objets de ma rebellion contre l'ordre établi...

Pour le 1er lien, j'ai eu un échange de messages sur Facebouc avec Madame la Députée Sylvia Pinel (PRG) de la 2ème circonscription du Tarn et Garonne au sujet donc, de la Maison de retraite de Castelsarrasin, je notais ce que je pensais de cet article sur mon mur FB : 
"Preuve en est-il qu'au niveau de la politique locale, la soi-disant gauche applique la même politique que la droite et qu'elle s'auto-congratule sur le partenariat avec le privé mais au final qui paie ? 
Ah la la...les papis et les mamies sont et seront de plus en plus d'excellents profits n'est-ce-pas !!!"

Sa réponse :
"Il ne s agit pas d un partenariat avec le privé.
Il faut trouver un bailleur social pour porter l investissement afin de ne pas amputer la capacité d investissement de l hôpital ( pour ne pas pénaliser le projet de rénovation des urgences) ...
C est un dossier complexe qui nécessitait d abord l inscription de manière prioritaire au schéma départemental de gérontologie ce que j avais demande au président du conseil général et qui a été fait .
Il faut maintenant avancer sur ce dossier dans l intérêt de nos aînés !


Ma réponse :
"Je fais partie des électeurs qui ont participé à votre mise en place aux dernières législatives puisqu'il n'y avait personne du PS, à l'époque ! Votre message, dont je vous remercie, mérite que j'exprime ici, le fond de ma pensée. "Yaka-fokon-c'estrècompliqué...etc" sont des mots que j'aie déjà entendus maintes fois dans la bouche d'élus socialistes de Moissac au sujet de notre hôpital et maisons de retraite. N'y aurait-il pas d'autres solutions que cette cuisine que vous, élus, vous nous servez avec le pouvoir en place depuis 2002 voire plus ? Je sais ce que c'est qu'un bailleur ("social" ça le fait mieux) ! Pourquoi vous ne l'attaquez pas ce pouvoir, puisqu'il empêche d'investir ? J'ai une de mes filles qui a travaillé en maison de retraite et, est actuellement à nouveau à 26 ans, en recherche d'emploi... Les salariés sont si fatigués physiquement et psychologiquement, dans ce milieu de travail et sont si pessimistes qu'ils n'ont plus le courage d'élever la voix pour dénoncer leurs pénibles conditions de travail et tout le monde s'endort...et pendant ce temps là...la santé n'est plus une dépense légitime ! Les prix de séjour vont augmenter car il faudra amortir (encore une façon de faire avec...) au lieu de changer la stratégie d'investissement et bien sûr ils n'embaucheront pas pour autant.... J'en ai marre que les électeurs/citoyens qui paient et continuent à payer toujours plus, soient pris pour des vaches à lait ou des moutons qui ne devraient pas s'intéresser aux choses un peu trop complexes pour eux ! 
Bonne journée à vous Madame la Députée

(le CHIC de Moissac-Castelsarrasin)

Quant au 2nd lien sur le blog du Front de Gauche qui concerne le CHIC de Moissac-Castelsarrasin, http://moissacaucoeur.elunet.fr/index.php/post/14/01/2012/Lu-pour-vous%3A-CHIC-de-MOISSAC-effets-dannoncesIn-les-Nouvelles-du-82  je précise que j'étais moi-même absente à cette table ronde pour de graves raisons familiales, et je vous livre ci-dessous un autre résumé du même moment, ce n'est pas moi qui l'ai écrit, mais c'est la preuve du satisfécit des socialistes entre eux...de leurs congratulations dont parle mon ami sur son blog et pour que vous fassiez la nette différence entre les deux condensés d'une même réunion !

"A VOTRE SANTÉ !
L'hôpital de Moissac est sauvé


"Alors que la réforme des hôpitaux
se poursuit, la ville de Moissac
continue à mener combat pour
conserver le sien. Inlassablement,
Jean-Paul Nunzi, les élus, le comité
de soutien remettent sur le métier
l'ouvrage pour que cet établissement,
situé en plein coeur d'une
zone de 80 000 habitants, puisse
continuer à accueillir ses patients
dans les meilleures conditions.
Ce feuilleton, qui avait commencé
avec la suppression de la maternité,
est cette fois joué par les praticiens
eux-mêmes qui dernièrement
se sont joints, lors d'une table ronde
Hall de Paris, au choeur des élus,
des personnels soignants et des usagers
venus témoigner de la qualité
des soins prodigués dans cet établissement.
"Moissac secoué, Moissac menacé,
mais Moissac toujours debout et
de plus en plus compétitif"... voilà
en quelques mots aux sonorités
gaulliennes ce qu'on peut retenir de
cette soirée qui a voulu marquer
pour l'hôpital un nouveau départ.
La détermination, l'énergie, face
à une machine à écraser le service
public, porte ses fruits : avec Martin
Malvy, président de l'association
des Petites Villes de France, qui a
largement participé au combat, le
maire de Moissac peut parler
d'avancée : aujourd'hui l'hôpital est
sauvé. La marchandisation de la
santé, tant décriée, notamment
depuis l'entrée de la tarification à
l'acte, n'aura pas eu raison de la...
raison. L'obligation de coopérer,
impératif de la réforme,
a amené un certain
nombre de partenariats
entre professionnels du CH de
Montauban et le CHIC* de Moissac/
Castelsarrasin, visant l'optimisation
des soins, "même si ce n'est
pas facile, il ne faut pas de perdant
dans l'histoire"... surtout pas le
public.
Après le départ du Dr Noat,
orthopédiste de talent, qui avait
véritablement porté le service pendant
plusieurs années, les patients
ont à nouveau une équipe complète,
compétente, entourée d'un personnel
infirmier très motivé : deux
orthopédistes, deux médecins
digestifs, trois anesthésistes, et
toutes les consultations de médecins
libéraux sur place offrant une
palette complète de soins.
Le plateau de chirurgie et les
Urgences qui sont le moteur de cet
établissement, - un moteur bien
huilé par des praticiens largement
reconnus dans la région -, ont posé
quelques inquiétudes, mais le rapport
de force engagé avec l'Agence
Régionale de Santé à porté ses
fruits.
1M¤ pour les Urgences
La bonne nouvelle de la soirée
était l'annonce par l'A.R.S. d'une
subvention d'un million d'euros (sur
3,5M¤) pour rénover le service des
Urgences, absolument nécessaire
dans ce bassin de vie. Le Dr Mardegan,
patron régional des urgences
était là pour apporter son soutien,
fidèle à cet hôpital. "Le site des
Urgences de Moissac fait plus d'entrées
que Auch"... Pour autant, subsistent
des problèmes qui ne sont
pas réglés, mais, au moins pour
cinq ans, puisque l'autorisation est
parvenue, le C.H.I.C. de Moissac,
son plateau chirurgical et ses
Urgences seront opérationnels et
compétitifs pour offrir au public "le
juste soin".
Lors de son intervention, en duo
avec le maire, Pierre Mardegan a
attesté que la coopération peut marcher
et créer des emplois. "Mais
c'est un processus très lent, qui peut
provoquer des inquiétudes et amener
des rumeurs"... ce qui n'a pas
manqué !
Un à un, les professionnels se
sont présentés au public, le directeur,
M. Grimal, a présenté le personnel
: 90 infirmières, 130 aidessoignantes,
pharmacie, laboratoire
d'analyses, psychologue. "Le nouveau
centre de rééducation offre
des prestations remarquables :
actuellement 18 patients par jour
sont suivis, mais le centre peut en
accueillir jusqu'à 30. Le CHIC est
également un établissement de formation".
Autre établissement important :
l'EHPAD, le plus gros du département
: 400 lits d'ici mai 2012,
répartis dans le nouvel établissement
et plusieurs sites. Actuellement,
330 résidants sont installés
sur Castel/Moissac. Des services
spécialisés pour les malades d'Alzheimer
sont en développement.
Les réponses aux nombreuses
questions dans la
foule ont complété le dispositif
où l'humain a toute
sa place, loin des
arcanes de la compétition
économique et des
conflits d'intérêts, mais
à un moment où l'argent
se fait rare pour
les collectivités. Pour
exemple, la rénovation
de la maison de
retraite de Castelsarrasin,
n'est pas
vraiment assurée,
(880 000 ¤ de sub -
vention sur les 11
à 12 M¤ de tra -
vaux), affirmait
M. Béziers,
conseiller général.
Ce qui amène l'intervention
du privé, de plus
en plus, comme on le voit actuellement
sur Montauban. Les patients
trouveront-ils leur compte dans ces
partenariats ? L'avenir nous le dira.
Pour terminer, Maguy Denègre,
de l'association des usagers de l'Hôpital,
affirmait "les patients sont
chez eux à l'hôpital" ceci pour dire
que cette maison, la population se
l'est attribuée, veut la défendre,
comme un rempart à l'indifférence
et à l'anonymat des grands centres,
un lieu de regroupement sanitaire et
familial où tout près des palmiers
de la place, ils gardent un pied chez
eux et l'autre dans l'espoir.

D'ne militante socialiste sur un journal local : "Le réveil de Tarn et Garonne"

J'ai lu avec effarement ce billet ci, comparé à celui de Maximilien - FdeG... !
Ceci est la différence de réactions à un même problème, certains s'auto-congratulent..effets d'annonce etc... tandis que d'autres sont plus objectifs sachant qu'ils vont devoir dans l'immédiat, travailler encore et encore au rassemblement des populations pour la défense de notre hôpital.

A suivre donc...!!!

Aucun commentaire: